Branding

Ceci est un bloc de débogage

Menu

Ceci est un bloc de débogage

Contenu

Ceci est un bloc de débogage

Année 2018

Lundi 10 décembre 2018: Une ville virile?

« La ville est faite par et pour les hommes : des noms d’hommes sur les plaques à tous les coins de rues, des loisirs qui profitent en priorité aux garçons… ; la ville se déclinerait au masculin et creuserait les inégalités. » En écrivant ces lignes, le géographe Yves Raibaud nous interroge : en agissant sur l’espace public, peut-on réduire des problèmes qui sont avant tout d’ordre social ?

La ville a une dimension sociale et politique et l’on vit un tournant spatial qui percole avec les études de genre. Hier approche spécifique, la question du genre est en effet progressivement intégrée aux études urbaines et même aux politiques publiques (Charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale, guide référentiel Genre et espace public émis par la mairie de Paris…)

En Suisse, l’association LARES est composée de professionnelles qui s’activent pour que la construction et la planification tiennent compte des besoins des genres et du quotidien. À Lausanne, Sarah Neumann propose la mise en place de marches exploratoires pour poser un autre regard sur l’espace urbain. Or, pour les sociologues averti-e-s, l’espace en soi n’est pas le premier acteur du problème, il est avant tout le produit de relations sociales et de relations de pouvoir. C’est pourquoi, il ne faut jamais cesser de problématiser les relations du social et du spatial. À l’ETHZ, Gabrielle Schaad co-organise un séminaire de recherche sur les relations historiques entre espace et genre.

Ce débat est avant tout une invitation à prendre conscience des effets que le genre peut avoir sur nos expériences urbaines quotidiennes, une invitation à interroger nos concepts et notre pratique.

Intervenants

  • Sarah Neumann, Députée au Grand Conseil vaudois

  • Elke Schimmel et Sarah Droz, Association LARES

  • Gabrielle Schaad, Historienne de l’Art

  • Yves Raibaud, Géographe et maître conférencier à l’Université de Bordeaux

Modérateurs:
* Christiane von Roten, architecte EPFL SIA

Lundi 1er octobre 2018: Séismes en Suisse, ça va secouer!

La survenue d’un séisme destructeur en Suisse n’est pas qu’un potentiel scénario de film catastrophe, mais bien une hypothèse réelle prise au sérieux par les autorités. Selon le « Rapport sur les risques de 2015 » de la Confédération, les tremblements de terre représentent en Suisse le troisième plus grand risque après les pénuries d’électricité et les pandémies. Mais comment fait-on pour évaluer ce risque ?

Des nouvelles données normatives et techniques ont été publiées récemment. Elles fixent d’une part des contraintes pour la conception des bâtiments et des ouvrages d’art et, d’autre part, elles traitent la délicate question de la maintenance et de la mise en conformité des bâtiments plus anciens et potentiellement vulnérables. Enfin, elles permettent de mieux évaluer l’aléa. Quelles sont les conséquences de l’évolution normative ? Y aura-t-il une obligation de mise en conformité de certains bâtiments ? Quel est l’état du parc immobilier vaudois ?

La protection des personnes et des biens contre le risque sismique constitue un enjeu important pour la collectivité et les individus. Dans la pratique, comment fait-on pour évaluer le risque pour une construction existante ? Quelles sont les implications et les responsabilités pour les concepteurs, les propriétaires privés, les collectivités publiques ainsi que pour les acteurs institutionnels ? Est-il possible d’assurer un bâtiment qui n’est pas aux normes ? A quelles conditions et avec quelles conséquences financières ?

Intervenants

  • Marc Choffet, Dr. es Géoscience de l’environnement, responsable du service "éléments naturels" à l’ECA, Canton de Vaud

  • Blaise Duvernay, Ingénieur civil, chef de la Centrale de coordination pour la mitigation des séismes à l’OFEV

  • Pierino Lestuzzi, Ingénieur civil SIA, dr. des sciences techniques, MER EPFL, spécialiste risques sismiques, Résonance Ingénieurs-Conseils SA

Modérateurs:
* Vincent Lenoir, Ingénieur en environnement EPFL SIA, BBHN SA
* Francine Wegmüller, Géologue SIA, dr. es science, Weinmann-Energies SA

Lundi 25 juin 2018: La climatisation naturelle en ville? Une alternative face au réchauffement climatique!

Les scientifiques affirment qu’il est possible de diminuer la hausse des températures de la planète, en verdissant les villes. Un retour de la nature en ville est une pensée très tendance parmi les architectes qui agrémentent leur projet de toiture végétalisée, voire de façades vertes.+

Est-ce suffisant ? Comment peut-on aller plus loin ? Créer de la vapeur d’eau par brumisation est un exemple, comme c’est le cas dans la ville d’Ivréa. Les espaces publics devraient-ils prévoir une mise en valeur de l’eau et de la végétation, pour favoriser ainsi un rafraichissement ?+

Intervenants:

  • Lionel Tudisco, Urbaniste ville de Sion, ACLIMATASION, un projet de développement urbain adapté aux changements climatiques

  • Daniel Garcia, Architecte Atelier FUSO, Paris PALUN 15%… Paysages hydrauliques concours EDF Bas Carbone / Bordeaux Respire

  • Martine Rebetez, Professeure Institut fédéral de recherche WSL et Université de Neuchâtel Climat et réchauffement climatique en ville

  • Julie Imholz, Urbaniste paysagiste, associée de Paysagestion, Lausanne, L’usage du sol

Modérateur:

  • Yves Golay, Architecte, adjoint au chef de service, Responsable du développement durable, SIPaL, Etat de Vaud